Chers concitoyens,

Suite aux nouveaux déplacements d’enfants depuis l’ouverture de la maison des Arts, et sensibilisé par les parents d’élèves sur la dangerosité du passage à niveau, j’ai interpelé en leur nom Monsieur le Maire sur les mesures d’anticipation et d’adaptation de ce passage à niveau.

Benoît Marbach, tête de liste “Réussir Charbo avec vous” 

Objet : Sécurisation du passage à niveau de la Bressonnière par suite de l’ouverture de la Maison des Arts – lettre ouverte d’un candidat à la mairie

Monsieur le Maire,

L’ouverture de la Maison des Arts à Charbonnières le 3 février dernier, ainsi que nous le craignions de manière prévisible, entraîne une modification de l’environnement du passage à niveau situé à l’intersection des chemins de la Ferrière et de la Bressonnière. Les activités qui s’y déroulent créent un nouveau flux important de piétons composés d’enfants et de jeunes adolescents qui franchissent ce passage à niveau situé à proximité immédiate entre l’école, l’aire de jeux pour enfants et ce nouveau bâtiment communal.

Cette situation préoccupante, ainsi que ceci vous a été exprimé à plusieurs reprises avant la livraison du bâtiment, l’est encore plus par des constatations objectives.

A titre d’exemple, des parents nous ont interpellés et nous ont transmis leurs photographies illustratives démontrant la nouvelle situation à risque ainsi créée. Nous constatons et déplorons le fait, comme illustré sur l’image ci-contre, qu’il n’y ait ni frein, ni barrière, ni une quelconque séparation physique entre le trottoir et la voie de chemin de fer.

Ainsi que le relève une note d’information de mai 2016 destinée aux maires et présidents d’intercommunalité, émanant du CEREMA (centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), « une surveillance des flux en présence sur un passage à niveau est nécessaire pour anticiper toute situation à risque », en particulier si « la commune constate que l’urbanisation actuelle provoque des flux (notamment piétons) importants.ou inquiétants de part et d’autre du passage à niveau », ou « qu’il existe des aménagements communaux ».

A notre connaissance, l’ouverture de la Maison des Arts n’a pas été précédée par une attention particulière, une anticipation nécessaire ou une surveillance supplémentaire qu’impose le passage à niveau du chemin de la Bressonnière composée uniquement de demi-barrières pour les véhicules.

Je souhaite avoir une communication des inspections qui ont été faites de ce passage à niveau depuis le lancement de l’opération de construction de la Maison des Arts et depuis son ouverture, et disposer du diagnostic de sécurité sur ce passage à niveau ainsi réalisé au regard de l’implantation de ce projet communal.

Je souhaite avoir communication des aménagements envisagés, et de leur calendrier de mise en œuvre, ainsi que des mesures conservatoires éventuelles que vous comptez prendre pour améliorer la sécurité de nos enfants. Toutes ces mesures sont essentielles pour garantir la sécurité des enfants de Charbonnières et de Marcy l’Etoile, profitant des services de la Maison des Arts.

Il va sans dire que nous ne souhaitons aucun accident qui nous donnerait raison, mais qui engagerait irrémédiablement votre responsabilité si des précautions supplémentaires n’avaient pas été prises. Notre souhait est de rassurer les parents sur la prise en compte de leur légitime crainte. Il est néanmoins rappelé qu’en 2014, selon la note susvisée, il a été dénombré 25 tués et 17 blessés graves sur le territoire français lors de traversées de voies de chemins de fer.

Il ne suffit pas comme c’est le cas de ce passage à niveau de Charbonnières, de se contenter de dire qu’il est aux normes, mais il convient absolument de prendre en considération les modifications de son environnement, rappelées ci-dessus, pour qu’avec la SNCF, un cheminement sécuritaire puisse être réalisé entre les écoles, l’aire de jeux et la Maison des Arts. En vous souhaitant une parfaite réception de la présente, je reste à votre disposition pour tout échange complémentaire à ce sujet.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée.

 

BENOIT MARBACH